Xinyi Cheng, Seen through others

Xinyi Cheng, Seen through others : Landline, 2021 146 × 160 cm Courtesy de l'artiste et Matthew Marks Gallery, New York / Courtesy of the artist and Matthew Marks Gallery, New York © photo : Aurélien Mole    Xinyi Cheng, Seen through others : Painting of Savva in the Light of a New Dawn, 2020 73 × 60 cm Collection privée, Pékin / Private collection, Beijing © photo : Aurélien Mole    Xinyi Cheng, Seen through others : Where do the noses go?, 2021 60 × 73 cm Courtesy de l'artiste, Antenna Space, Shangaï, et Balice Hertling, Paris / Courtesy of the artist; Antenna Space, Shanghai; and Balice Hertling, Paris © photo : Aurélien Mole    Xinyi Cheng, Seen through others : Parapetto, 2021 160 × 145 cm Collection privée, Hong Kong / Private collection, Hong Kong © photo : Aurélien Mole   


L'exposition


Un jeune homme qui offre sa nuque à une tondeuse, un autre qui offre son visage à l’appareil photo : dans la peinture de Xinyi Cheng, il est toujours question de désir. Mais sa saisie en rend tangible la complexité, et la grande finesse de son œuvre. Lorsqu’elle s’attache à peindre une figure de fumeur, c’est « parce que le plaisir s’y fait lâcher-prise », confie-t-elle. Et selon les tableaux, l’attente, la concentration ou le moment trouble de sa satisfaction peuvent s’y lire. "Where do the noses go ?" titre-t-elle une vue serrée d’un couple s’embrassant réalisée en 2021 : au-delà de cette disparition des nez des deux amoureux dans sa peinture, c’est toute une foule de questions irrésolues qu’amorce le regard sur ce tableau, où le désir se rend et se montre à son état de mille-feuille autant que d’instantané.


Extrait de l'article de Tom Laurent publié dans le numéro 100 de la revue Art Absolument, parution le 18 mars 2022.

Quand


23/03/2022 - 28/05/2022
 Retour     |      Haut de page