Graciela Iturbide. Heliotropo 37

Graciela Iturbide. Heliotropo 37 : ©Michel Slomka    Graciela Iturbide. Heliotropo 37 : Pájaros en el poste de luz, Carretera a Guanajuato, México, 1990, Tirage gélatino-argentique Silver gelantine print    Graciela Iturbide. Heliotropo 37 : Desierto de Sonora , México, 1979, Tirage gélatino-argentique Silver gelantine print   


L'exposition


L’attachement de la Fondation Cartier aux photographes d’Amérique latine, dévoué à Claudia Andujar en 2020 et à un large panel d’entre eux en 2014 avec America Latina 1960-2013, se manifeste à nouveau. Heliotropo 37 est le titre de cette exposition, mais ce nom polysémique est avant tout une adresse : celle de l’atelier-résidence à Mexico de Graciela Iturbide, investie dans une quête photographique des autres et de soi depuis les années 1970. L’annonce ainsi faite d’un décor intime trouve son écho dans la scénographie de son fils Mauricio Rocha, lui-même architecte, qui pour elle a déjà bâti son studio de la rue Heliotropo. À Paris, les murs qu’il a érigés se percent de lumière et des vues arborées du jardin entourant la Fondation Cartier, pour suspendre en silence les tirages photographiques de Graciela Iturbide. Dans cette atmosphère de recueillement, portraits chargés de vie aux paysages. Tout d’abord aimantée par les figures humaines, fruit d’immersions dans différentes communautés, à Oaxaca, auprès des Seri au nord-ouest du Mexique et au-delà de son pays, les hasards d’attention de son regard la guident, au-delà des visages, à scruter les textures d’objets, de ciels, y découvrant une vie symbolique d’ombre et de lumière, contrastant leurs gris dans un irrévocable noir et blanc. Pas encore montrées, ses récentes expérimentations font vœu d’une exploration de la couleur, des nuances pâles aux ocres de la pierre. Prises en 2021 aux environs de Puebla, le contexte y disparaît, comme bien souvent dans les photographies de Graciela Iturbide, sous l’effet d’un regard surprenant une magie humaine en toute chose.



Extrait de l'article de Camille Renault publié dans le numéro 100 de la revue Art Absolument, parution le 18 mars 2022.

Quand


12/02/2022 - 29/05/2022
 Retour     |      Haut de page