Riopelle : à la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones

Riopelle : à la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones : Jean Paul Riopelle (1923-1970),  Les masques (triptych), 1964, huile sur toile, 195 x 357 cm. Musée national des beaux-arts du Québec, achat grâce aux revenus générés par les activités commerciales du Musée et à une contribution de Loto-Québec. Inv. 2002.    Riopelle : à la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones : Beau Dick (1955-2017), Weather Spirit, [Esprit du temps], s.d., bois, cuir, brindilles, peinture, 106 x 91,4 x 60,9 cm. Vancouver, collection David Allison et Chris Nicholson. © Succession Beau Dick.    Riopelle : à la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones : ^Jean Paul Riopelle (1923-2002), Cap au nord, 1977, huile sur toile, 200 x 301 cm. Collection Huguette Vachon. © Succession Jean Paul Riopelle / SOCAN (2020). Photo Archives Catalogue raisonné Jean Paul Riopelle   


L'exposition


Pour s’envoler vers des contrées extrêmes, au moins par l’image, le musée des Beaux-Arts de Montréal propose un hommage magistral à l’un des plus grands artistes canadiens du XXe siècle, Jean-Paul Riopelle (1923-2002) : quelque 110 œuvres nées de sa découverte des territoires nordiques et des cultures autochtones, depuis les îles du fleuve Saint-Laurent jusqu’à l’Arctique, mises en relation pour la première fois avec les œuvres autochtones historiques ou contemporaines qui les ont inspirées. Mais la passion de Riopelle pour les Inuits ou les Premières Nations de la côte Pacifique est née à Paris auprès d’André Breton et des surréalistes épris des arts non occidentaux. Installé en France de 1947 à 1990, avant son retour définitif au Canada, Riopelle va vivre entre les deux pays et sera le seul peintre québécois du XXe siècle à avoir participé pleinement à la grande période parisienne de l’après-guerre, en ayant créé, selon Breton, « des œuvres où les Indiens peuvent se sentir chez eux ».


Extrait de l'article de Pascale Lismonde, publié dans le N°95 de la revue Art Absolument.

Quand


21/11/2020 - 21/03/2021
 Retour     |      Haut de page