Mark Tobey. TOBEY or not to be?

Mark Tobey. TOBEY or not to be? : Hidden Spheres, 1967 Tempera et collage sur papier 94,5 × 64,5 cmGalerie Jeanne Bucher Jaeger, Paris© Jean-Louis Losi    Mark Tobey. TOBEY or not to be? : Courtesy Collection de Bueil & Ract-Madoux, Paris© Jean-Louis Losi    Mark Tobey. TOBEY or not to be? : Photo © Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / image Centre Pompidou, MNAM-CCI   


L'exposition


À partir de son installation à Seattle en 1918, Mark Tobey restera toute sa vie un adepte méditatif de la foi bahaïe, en quête de l’unité spirituelle de l’humanité, également pénétré par les philosophies extrême-orientales. D’où ses futurs liens avec John Cage : « Pour lui,
tout était vivant. Il avait un sens extraordinaire de la présence des choses. Son travail était incroyablement riche et divers. Il était notre Picasso américain. » Ses écritures blanches seraient « des abstractions paysagistes intimistes » ? « L’abstraction pure serait pour moi une peinture dans laquelle on ne trouverait aucune affinité avec la vie », répond ce grand marcheur qui « découvre des univers entiers sur les pavés des rues et sur les écorces des arbres, cherche un monde "un" dans ses peintures, mais le réalise à partir d’une masse tourbillonnante ».


Extrait de l'article de Pascale Lismonde, publié dans le N°95 de la revue Art Absolument.

Quand


16/10/2020 - 27/02/2021

Les artistes


 Retour     |      Haut de page