Pour recevoir nos informations, inscrivez-vous à notre newsletter

Actuellement chez votre libraire et votre Marchand de journaux




Artiste à la Une

Miguel Chevalier
« Depuis vingt-cinq ans, je développe une œuvre utilisant les ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Claude Monet
Avec Manet, Pisarro ou encore Cezanne, il est l'un des ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Abdallah Benanteur
Dans le célèbre roman de l’an mil Le Dit du ...

En savoir plus

Artiste à la Une

ORLAN
"Le corps est politique, ce qui ressort de la sphère ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Nicolas Schöffer
Nicolas Schöffer était moderne, même visionnaire. Certes, son travail nous ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Renaud Auguste-Dormeuil
"À considérer le sens de votre démarche, il apparaît que ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Lubaina Himid
Les figures et les motifs de Lubaina Himid sont des ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Antonio Recalcati
Dans les métropoles du futur, qu’elles soient à Milan, Paris, ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Marc Devade
Membre du groupe Supports/Surfaces – dont la courte existence, depuis ...

En savoir plus

Exposition à la une

Exposition à la une

AFRIQUES Artistes d'hier et d'aujourd'hui
21/01/2018 - 06/06/2018
(Le François )

En savoir plus

Exposition à la une

Cobra - La couleur spontanée
10/03/2018 - 10/06/2018
(Le Mans Cedex 9)

En savoir plus

Exposition à la une

Exposition à la une

Corot - Le peintre et ses modèles
08/02/2018 - 08/07/2018
(Paris)

En savoir plus

Exposition à la une

Jules Adler - Peintre sous la IIIe République
03/03/2018 - 21/05/2018
(Évian-les-Bains)

En savoir plus

Exposition à la une

Gaelle Chotard - Ce qui me traverse
20/03/2018 - 16/06/2018
(Paris)

En savoir plus

Vidéo à la une

Visite d'atelier - Philippe Cognée
Artiste : Philippe Cognée
Réalisateur : Guillaume de Roquemaurel
Durée : 4,06 ...

En savoir plus

Vidéo à la une

La révélation du geste
Artiste : Najia Mehadji
Réalisateur : Guillaume de Roquemaurel
Lieu : ...

En savoir plus

Produit à la une

Offre Découverte 6 mois
Offre découverte : pour 6 mois d'abonnement, soit 3 numéros ...

En savoir plus

Produit à la une

Tel Aviv IC
De Philippe Cognée. 2013, linogravure originale sur vélin d’Arches 270 gr., ...

En savoir plus

Produit à la une

Sans titre
De Ayman Baalbaki. 2017,lithographie sur papier BFK Rives 270 gr ...

En savoir plus

Actualités à la une

Bourse Révélations Emerige 2018 – Appel à candidatures
Créée en 2014 par Laurent Dumas, président du groupe éponyme, ...

En savoir plus

Actualités à la une

« 3 dames abattent leur carte »
Rencontre, débat avec Carole Benzaken, Tania Mouraud et Mâkhi Xenakis ...

En savoir plus

Actualités à la une

Drawing Now Art Fair 2018
À l’exemple d’Abdelkader Benchamma, primé lors de l’édition 2015 de ...

En savoir plus

Actualités à la une

Art Paris Art Fair 2018
Pour les vingt ans d’Art Paris Art Fair, François Piron ...

En savoir plus

Giacometti

Giacometti

   Prix :    
   normal   18.00 €


Ajouter au panier

Pierre Schneider
Éditions Hazan


Ce texte – augmenté d’une préface de l’auteur – est extrait de l’ouvrage Petite histoire de l’infini en peinture, publié en 2002, dans lequel Pierre Schneider « esquissait la naissance et les fortunes d’un espace pictural » qu’il nomme «le fond abyssal ». Dans le premier chapitre, l’auteur décrit cette dernière notion et “hiérarchise” les sens puisque le goût, le toucher, l’odorat et l’ouïe agissent à des distances relatives. La vue, en revanche, permet à l’homme de se confronter au lointain. Tout au long de son parcours artistique, Giacometti a été déchiré entre ce qu’il voyait et ce que ses mains restituaient de sa vision. Il disait d’ailleurs à la fin de sa vie : « Il y a toujours un conflit entre l’oeil et le reste.» Lorsqu’il était jeune, pourtant, il pratiquait indifféremment la peinture – qui privilégie la vue – et la sculpture – qui privilégie le toucher. Mais très vite, Giacometti « perd de vue» les objets, les personnes. La réussite des premiers portraits, de son père et de sa mère, disparaît, faisant place à un certain refus de la ressemblance. Il se livre alors à un exercice tactile afin de ne pas s’en remettre à la vue. Il n’abandonnera jamais. Il résume en quelque sorte sa démarche en 1959 : « […] Je sais qu’il m’est tout à fait impossible de modeler, peindre ou dessiner une tête, par exemple, telle que je la vois et pourtant c’est la seule chose que j’essaie de faire. Tout ce que je pourrai faire ne sera jamais qu’une pâle image de ce que je vois… » La découverte de la profondeur en 1945 fait qu’Alberto Giacometti n’a plus la même vision photographique des choses. Il n’aura alors de cesse de vouloir résoudre cette tension entre son oeil et sa main. En cela, L’homme qui chavire peut être l’autoportrait le plus « fidèle» de l’artiste : la révélation de la profondeur provoque le vertige et le confronte à un abysse. En poursuivant cet objectif, Giacometti a réussi à livrer dans son oeuvre “la disproportion absolue”, celle de l’homme que décrivait Pascal dans ses Pensées.

Aurélie Portet

Artiste(s)

- Alberto Giacometti