Les Contes étranges de N. H. Jacobsen

Les Contes étranges de N. H. Jacobsen : Edvard Munch (1863-1944), Madonna, 1895. Estampe, épreuve. Lithographie sur carte verte. Centre Pompidou, Paris, Musée national d’Art moderne/Centre de création industrielle, donation Utenriksministeren/Ministère des affaires étrangères de Norvège, 1964.    Les Contes étranges de N. H. Jacobsen : Niels Hansen Jacobsen (1861-1941), La Petite Sirène, 1901. Plâtre. Vejen, Vejen Kunstmuseum, Danemark. Photo : © Pernille Klemp    Les Contes étranges de N. H. Jacobsen : Eugène Grasset, Trois femmes et trois loups, vers 1892. crayon, aquarelle, encre de Chine et rehauts d’or sur papier, 35,3 x 27,3 cm. Paris, Musée des Arts décoratifs. Photo © MAD, Paris   


L'exposition


Consacrée aux années parisiennes de Niels Hansen Jacobsen, l’exposition du musée Bourdelle rappelle que de 1892 à 1902, le sculpteur et céramiste danois a accueilli toute une génération de symbolistes nordiques dans son atelier du boulevard Arago. Avec le céramiste Paul Jeanneney, le sculpteur Jean Carriès et l’affichiste Eugène Grasset comme voisins, il a développé son esthétique au contact d’acteurs majeurs de ce courant dont la géographie est européenne.

Extrait de l'article de Emma Noyant publié dans le numéro 92 de la revue Art Absolument. Publication le 3 mars 2020

Quand


29/01/2020 - 31/05/2020

Les artistes


Edvard Munch
 Retour     |      Haut de page