Luca Giordano. Le Triomphe de la peinture napolitaine.

 Luca Giordano. Le Triomphe de la peinture napolitaine. : Luca Giordano, Mort de Sénèque [Morte di Seneca], 1684 - 1685 Huile sur toile 155 x 188 cm Paris, musée du Louvre, département des Peintures © RMN-Grand Palais/Stéphane Maréchalle     Luca Giordano. Le Triomphe de la peinture napolitaine. : Luca Giordano, Saint Janvier intercédant pour la cessation de la peste de 1656 (San Gennaro che intercede per la cessazione della peste del 1656), 1660, 400 x 315 cm, huile sur toile, Musée de Capodimonte, Naples, Italie © Photo Ministero per i beni e le     Luca Giordano. Le Triomphe de la peinture napolitaine. : Luca Giordano, Polyphème et Galatée [Polifemo e Galatea], 1674-1675 Huile sur toile, 127 x 250 cm Naples, Museo e Real Bosco di Capodimonte © Photo Ministero per i beni e le attivita culturali/Museo e Real Bosco di Capodimonte     Luca Giordano. Le Triomphe de la peinture napolitaine. : Luca Giordano, Madone du Rosaire ou au baldaquin [Madonna del Rosario al baldacchino ], 1680 Huile sur toile, 430 x 240 cm Naples, Museo e Real Bosco di Capodimonte © Photo Ministero per i beni e le attivita culturali   


L'exposition


Né à Naples en 1634, capitale venimeuse à la démographie exponentielle bientôt frappée par un épisode de peste prétexte à la célébration propitiatoire du Triomphe de la Mort, Giordano Fa Presto se forme à la peinture comme autodidacte dans l’atelier de son père, peintre-artisan, au contact direct des tenants d’un classicisme sauvage post-caravagesque. Celui d’un Lanfranco, qui y est actif jusqu’à sa mort en 1647, d’un Dominiquin – très certainement empoisonné, en 1641, par un confrère jaloux alors qu’il livrait à la ville des chefs-d’œuvre de sa meilleure linéarité lumineuse !

Extrait de l'article de Vincent Quéau, publié dans le numéro 91 de la revue Art Absolument. Publication le 12 décembre 2019

Quand


14/11/2019 - 23/02/2020

Les artistes


 Retour     |      Haut de page