Pour recevoir nos informations, inscrivez-vous à notre newsletter

Actuellement chez votre libraire et votre Marchand de journaux




Artiste à la Une

Judit Reigl
Judit Reigl est née en 1923 en Hongrie. Elle suit ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Yu-Ichi Inoue
Représentant, avec Shiryû Morita, de la calligraphie contemporaine japonaise, Yu-Ichi ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Thu-Van Tran
« C’est par le manque qu’on dit les choses, le ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Dan Miller
« 1, 2, 3, 4 »… Dan Miller amorce la ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Alexander Calder
Seul Américain présent dans l’exposition Cubism & Abstract Art de ...

En savoir plus

Exposition à la une

Exposition à la une

Soulages – Une rétrospective
15/06/2018 - 25/11/2018
(Martigny)

En savoir plus

Exposition à la une

Judit Reigl, Corps–Écritures
14/09/2018 - 20/10/2018
(Paris)

En savoir plus

Exposition à la une

Meiji, Splendeurs du Japon impérial
17/10/2018 - 14/01/2019
(Paris)

En savoir plus

Exposition à la une

Madagascar. Arts de la Grande Île
18/09/2018 - 01/01/2019
(Paris)

En savoir plus

Exposition à la une

Gutai, l’espace et le temps
07/07/2018 - 04/11/2018
(Rodez)

En savoir plus

Exposition à la une

Mademoiselle
21/07/2018 - 06/01/2019
(Sète )

En savoir plus

Exposition à la une

Outsider Art Fair Paris 2018
18/10/2018 - 21/10/2018
(Paris)

En savoir plus

Exposition à la une

Les vitraux de Sarkis
09/06/2018 - 12/11/2018
(Fécamp)

En savoir plus

Exposition à la une

Exposition à la une

Amour
26/09/2018 - 21/01/2019
(Lens)

En savoir plus

Exposition à la une

Otto Dix. Estampes.
14/10/2018 - 13/01/2019
(Les Sables d'Olonne)

En savoir plus

Exposition à la une

Exposition à la une

Exposition à la une

Les Contes cruels de Paula Rego 2
17/10/2018 - 14/01/2019
(Paris)

En savoir plus

Vidéo à la une

Visite d'atelier - Philippe Cognée
Artiste : Philippe Cognée
Réalisateur : Guillaume de Roquemaurel
Durée : 4,06 ...

En savoir plus

Vidéo à la une

La révélation du geste
Artiste : Najia Mehadji
Réalisateur : Guillaume de Roquemaurel
Lieu : ...

En savoir plus

Produit à la une

Offre Découverte 6 mois
Offre découverte : pour 6 mois d'abonnement, soit 3 numéros ...

En savoir plus

Produit à la une

Tel Aviv IC
De Philippe Cognée. 2013, linogravure originale sur vélin d’Arches 270 gr., ...

En savoir plus

Produit à la une

Sans titre
De Ayman Baalbaki. 2017,lithographie sur papier BFK Rives 270 gr ...

En savoir plus

Produit à la une

Franta - Au plus près / Close up
Franta - Au plus près / Close up Éditions Art Absolument ...

En savoir plus

Actualités à la une

Entretien : Andrew Edlin / Christian Berst, deux visions d'un art visionnaire
Les marchands Christian Berst, fondateur de la galerie du même ...

En savoir plus

Actualités à la une

Espace Art Absolument
Depuis son ouverture en septembre 2017 l'Espace Art Absolument a ...

En savoir plus

Actualités à la une

Bourse Révélations Emerige 2018 – Appel à candidatures
Créée en 2014 par Laurent Dumas, président du groupe éponyme, ...

En savoir plus

Actualités à la une

« 3 dames abattent leur carte »
Rencontre, débat avec Carole Benzaken, Tania Mouraud et Mâkhi Xenakis ...

En savoir plus

Actualités à la une

Quatre constellations et une Nuit Blanche
Depuis sa création à Paris en 2002, le principe de ...

En savoir plus

Actualités à la une

AKAA, une foire pour une « Afrique globale »
Du 9 au 11 novembre 2018, la foire parisienne AKAA ...

En savoir plus

Human Being, Black Sound, Black Human…

Human Being, Black Sound, Black Human… : En bas - mmanuel Saulnier, Four Quartets, 2018. Photo : Steeve Bauras    Human Being, Black Sound, Black Human… : François Bianco. Fuga. 2018, cuivre, acier, 165 x 35 x 45 cm.    Human Being, Black Sound, Black Human… : Au mur - Steeve Bauras, White dreams, 2007-2016. A gauche - Sébastien Gschwind, The line - undying, 2018.Photo : Steeve Bauras    Human Being, Black Sound, Black Human… : Téo Bétin, M’s House, 2018.  Photo : Steeve Bauras   

07/09/2018 - 20/10/2018
Site de l'exposition
Galerie Les filles du Calvaire
17 rue des filles du Calvaire
75003 Paris


Alors que son exposition au Palais de Tokyo en 2017 étouffait quelque peu le timbre de son travail, celle de la galerie des Filles du Calvaire – pour laquelle Emmanuel Saulnier a invité quatre jeunes artistes dont il est proche – l’ouvre à des échos plus amples. Human Being, Black Sound…, dont le titre reprend les vers du poète du désenchantement qui a suivi la Première Guerre mondiale T.S. Eliot, laisse entendre une rumeur où la nuit du monde englobe ses lumières. L’ensemble forme une partition d’autant plus rare qu’elle ne joue pas sans dessein la petite musique du désastre qui nous est trop souvent servie.


« C’est une prière pessimiste sur la présence au monde et sa relativité », explique Emmanuel Saulnier. « Four Quartets », quatre vastes surfaces d’un blanc sali jonchées de morceaux de bois brulés, fait à première vue l’effet d’un champ de ruines. Mais plutôt que de le tenir à bonne distance, ce professeur de sculpture aux Beaux-Arts de Paris y a inclus la possibilité d’un cheminement, en dégageant un interstice entre ses quatre parties, ramenant l’élévation du volume à une étendue. Plus proche du dessin donc, dont les répétitions graphiques laissent advenir l’idée de ritournelle. Chez ses invités également, on a la sensation d’une volonté de tracer une voie sans rien escamoter des décombres. Lorsqu’il accroche une photographie du motif répété d’un pavement prise à Ellis Island en regard d’une vaste structure à la fois transparente, provisoire et combinant un même élément, Sébastien Gschwind semble travailler avec une conscience similaire du mariage de l’utopie et de son deuil. À leurs côtés, un ensemble d’éléments architectoniques diffuse par intermittence une plage sonore qui teinte l’espace entier. François Bianco en est l’auteur, et il a pensé ses strates comme un paysage, superposant basses sourdes et voix mélodiques d’une zampogna, cornemuse dont il a découvert l’usage en s’intéressant aux pratiques des ouvriers du charbon dans le Sud de l’Italie, dont sa famille est originaire. « Fuga », son autre œuvre présente doit aussi à la musique dans sa conception. Mais dans ce volume creux placé au sol – posés sur une plaque de cuivre, deux éléments en acier forment une gangue ouverte sur des reflets métalliques –, c’est la sensation d’être en présence d’un foyer lumineux qui retient. Plus ludiques au premier abord, les sculptures de Téo Betin où des éléments mobiliers colorées sont perchées sur de larges tiges noires pourraient évoquer un contrepoint. Mais leur souplesse est surtout chancèlement, et Téo Bétin prolonge à sa manière les questions de son professeur aux Beaux-Arts. « Comment ne pas intégrer cette omniprésence des tensions qui traversent nos paysages ? Que faire quand tout peut se défaire violemment ? Qu’élever ? À quoi tient-on ? … », interrogeait celui-ci en 2004. S’il est lui aussi passé par l’atelier d’Emmanuel Saulnier, Steeve Bauras revendique une approche photographique, mais il confère à son ancien professeur la transmission d’une « attention à l’objet ». Dans les six tirages sérigraphiques qu’il a réalisé sur des grandes plaques de Plexiglas noir, l’image est irrémédiablement reléguée en leur bas. Brouillées, explosions ou main semblable à celle d’un sorcier – ces images sont en fait issues de prises de vues d’écrans où défilent des images de la Seconde Guerre mondiale – ont beau flirter volontairement avec l’efficacité visuelle du logo, notre reflet voilé dans la partie vierge du Plexiglas véhicule notre inclusion. Chez Steeve Bauras, l’image se fait surface d’absorption, des ombres de l’histoire comme de notre propre présence. Cette qualité, que l’on retrouve sous d’autres modalités dans l’ensemble de l’exposition, est d’autant précieuse qu’elle apparait sincère.

Tom Laurent

Artiste(s) exposant(s)

- Emmanuel Saulnier