Pour recevoir nos informations, inscrivez-vous

Actuellement chez votre
Marchand de journaux

Maillol


Artiste à la Une

Christian Lapie
Instruite par la puissance de forces tant naturelles que mémorables, ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Léonard De Vinci
C’est sans doute par l’addition de ses champs d’investigation que ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Bernard Frize
« Qu’est-ce que je peux faire avec un pinceau ? ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Albert Marquet
S’il participe activement aux salons avec ses camarades de peinture, ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Antony Donaldson
S’il ne fait pas partie de la promotion du Royal ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Michael Ziegler
Si certains dessins résultent de ses propres expériences et souvenirs ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Franz Hals
S’il commence par peindre un Banquet dans le parc (aujourd’hui ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Vilhelm Hammershøi
Cet enfermement en un Nord intérieur, Hammershøi l’emprunte à la ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Loïc Le Groumellec
"La question de la surface, c’est l’essentiel pour moi. Tout ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Jacqueline de Jong
"J’aime à dire que je travaille sur des faits divers. ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Monique Frydman
À partir des années 1980, Monique Frydman renonce à la ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Catherine Poncin
Membre pendant six ans de l’association Photolangage, créée par le ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Zanele Muholi
« Tout ce que je veux voir, c’est la beauté, ...

En savoir plus

Exposition à la une

C'est Beyrouth
28/03/2019 - 28/07/2019
(Paris)

En savoir plus

Exposition à la une

Préhistoire, une énigme moderne
08/05/2019 - 16/11/2019
(Paris)

En savoir plus

Exposition à la une

Exposition à la une

Exposition à la une

Vidéo à la une

Philippe Cognée
Artiste : Philippe Cognée
Titre : Visite d'atelier
Réalisateur : Guillaume de ...

En savoir plus

Vidéo à la une

Najia Mehadji
Artiste : Najia Mehadji
Titre : La révélation du geste
Réalisateur ...

En savoir plus

Produit à la une

Offre Découverte 6 mois
Offre découverte : pour 6 mois d'abonnement, soit 3 numéros ...

En savoir plus

Produit à la une

Tel Aviv IC
De Philippe Cognée. 2013, linogravure originale sur vélin d’Arches 270 gr., ...

En savoir plus

Produit à la une

Volute
De Najia Mehadji. 2013, lithographie sur vélin d'Arches 270 gr. Dimension : ...

En savoir plus

Produit à la une

Sans titre
De Ayman Baalbaki. 2017,lithographie sur papier BFK Rives 270 gr ...

En savoir plus

Produit à la une

Franta - Au plus près / Close up
Franta - Au plus près / Close up Éditions Art Absolument ...

En savoir plus

Produit à la une

Christian Lapie / Le Souffle du temps
Christian Lapie / Le Souffle du temps Éditions Art Absolument ...

En savoir plus

Actualités à la une

Espace Art Absolument
Depuis son ouverture en septembre 2017 dans le 13e arrondissement ...

En savoir plus

Jean Tinguely. '60s

Jean Tinguely. '60s : Vue de l’exposition Jean Tinguely ‘60s. Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris. Photo : Aurélien Mole    Jean Tinguely. '60s : Vive la Muerta. 1963, socle en acier, métal, jouet à ressorts, moteur électrique, 76 x 19 x 24 cm. Courtesy NCAF et Galerie GP & N Vallois, Paris. Photo : André Morin    Jean Tinguely. '60s : Vue de l’exposition Jean Tinguely ‘60s. Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris. Photo : Aurélien Mole    Jean Tinguely. '60s : Radio WNYR 12. 1962, feuilles de plexiglas, fixations en métal, radio, moteur électrique, 61,5 x 60,5 x 15,5 cm. Courtesy NCAF et Galerie GP & N Vallois, Paris. Photo : André Morin   

09/09/2016 - 29/10/2016
Site de l'exposition
Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois
33 & 36, rue de Seine
75006 Paris


C’est une exposition d’envergure muséale que consacre la galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois à Jean Tinguely, en rassemblant une quinzaine d’œuvres datées du début des années 1960 – dont certaines jamais montrées au public – dans leurs deux espaces, rue de Seine à Paris. Tant et bien que plusieurs font déjà partie du musée : le grand relief motorisé intitulé Bascule (1967) par exemple, a été prêté pour l’occasion par la Collection Renault. Et si les mécanismes autant grinçants que ludiques de Tinguely participent de l’histoire de l’art contemporain – en en préfigurant nombre d’orientations –, chaque pièce a aussi sa petite histoire à raconter et sa ritournelle à faire entendre.

La période est celle des grands chambardements : à la poésie mobile de ses débuts inspirée par Calder fait place les assemblages de guingois, hétéroclites et motorisées pour singer la frénésie des temps présents. Tinguely, lors d’un séjour à New York en 1960, a découvert les possibilités de la soudeuse électrique grâce à Richard Stankiewicz et s’est rendu coupable de l’implosion au MoMA de sa première machine autodestructrice, L’Hommage à New York. L’artiste agrège des matériaux de peu et des rebuts, roues à crans, fils de fer, jouets et pacotilles. S’il confia plus tard que « tout dans la vie peut être utilisé pour la création artistique, même les doute les plus noirs et les accidents les plus sinistres », la vue de ses structures désarticulés par le jeu d’un moteur font plutôt sourire. Mais les débris amalgamés dans Les Souliers, Troïka ou Vive la liberté I relèvent de l’humour noir. En grimant ses machineries de propriétés humaines – comme les chaussures usées des Souliers qui clopinent sur elles-mêmes lorsque la pièce est mise en marche –, il s’inscrit en faux par rapport aux injonctions productivistes d’alors. La galerie a également rassemblé quatre pièces motorisées de la série des Balubas, qui tient son nom d’une ethnie congolaise aux danses frénétiques, dont est issu Lumumba, le président tout juste assassiné. Fourrure, gorilles en plastique, plumes leur confèrent un aspect plus ludique, dans lequel on peut observer la « patte » de Niki de Saint-Phalle, sa compagne d’alors. L’une d’elles lui est d’ailleurs destinée. Comme souvent chez Tinguely, se télescopent commentaires sur l’actualité et fascination scopique pour le mouvement, interaction avec ses proches et dimension publique.
Aux œuvres elles-mêmes, les galeristes ont eu le bon ton de mettre en regard des photographies d’époque les montrant dans l’atelier « artisanal » de Tinguely, pour exposer un art en cours d’invention – et la vidéo de l’autodestruction programmée de Study for an End of the World n°2 (1962) dans le désert du Nevada. Leur proximité avec les ayants-droits de l’artiste, à rapprocher du travail qu’ils mènent avec ceux de Nikki de Saint-Phalle ou plus récemment d’Alain Jacquet, le leur permet. La bonne nouvelle est qu’ils mettent l’accent sur la part sonore du travail de l’artiste, très tôt frayé aux théories bruitistes. Ayant trait à la musique concrète dans les grincements et les fracas assourdissants de ses structures motorisées, Tinguely anticipe sur le développement des musiques électroniques et leur chant de la machine, notamment dans la série des Plexi Radio WNYR. Comme en orbite derrière leur plaque en Plexiglas – rejouant à sa manière l’écran de télévision diffusant les images de la conquête spatiale – des haut-parleurs diffusent les fréquences environnantes avec la qualité d’époque. Un credo que ne renierait pas nombre de musiciens bricolant encore aujourd’hui leurs consoles, dans les pas de Stockhausen ou de la techno industrielle.

Tom Laurent

Artiste(s) exposant(s)

- Alexander Calder