Pour recevoir nos informations, inscrivez-vous à notre newsletter

Actuellement chez votre libraire et votre Marchand de journaux

Maillol


Artiste à la Une

François Réau
« Avant d’être un spectacle conscient, tout paysage est une ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Petros Koublis
Loin des images de cartes postales mais sur leurs lieux ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Pieter Bruegel l'Ancien
Quoique déjà célèbre à sa mort en 1569 « à la ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Pauline Boty
Seule artiste femme du Pop Art anglais, Pauline Boty est ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Bernard Van Orley
À la pensée scolastique qui ne voit que par Dieu, ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Emil Ferris
Avec Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, c'est ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Antony Donaldson
S’il ne fait pas partie de la promotion du Royal ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Karine Rougier
Dessins, collages, peintures, l’art de Karine Rougier est requis par ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Peter Blake
Né en 1932 à Dartford, Peter Blake est considéré comme ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Allen Jones
Né en 1937 à Southampton, Allen Jones est l’une des ...

En savoir plus

Artiste à la Une

Adrian Henri
Étudiant de Richard Hamilton aux débuts des années 1950, Adrian ...

En savoir plus

Exposition à la une

Exposition à la une

Exposition à la une

Exposition à la une

Franta. Au plus Près - Close up
23/02/2019 - 16/03/2019
(Paris)

En savoir plus

Exposition à la une

Exposition à la une

Courbet dessinateur
15/02/2019 - 29/04/2019
(Ornans)

En savoir plus

Exposition à la une

Exposition à la une

La Ronde
25/01/2019 - 25/03/2019
(Rouen)

En savoir plus

Vidéo à la une

Visite d'atelier - Philippe Cognée
Artiste : Philippe Cognée
Réalisateur : Guillaume de Roquemaurel
Durée : 4,06 ...

En savoir plus

Vidéo à la une

La révélation du geste
Artiste : Najia Mehadji
Réalisateur : Guillaume de Roquemaurel
Lieu : ...

En savoir plus

Produit à la une

Offre Découverte 6 mois
Offre découverte : pour 6 mois d'abonnement, soit 3 numéros ...

En savoir plus

Produit à la une

Tel Aviv IC
De Philippe Cognée. 2013, linogravure originale sur vélin d’Arches 270 gr., ...

En savoir plus

Produit à la une

Sans titre
De Ayman Baalbaki. 2017,lithographie sur papier BFK Rives 270 gr ...

En savoir plus

Produit à la une

Franta - Au plus près / Close up
Franta - Au plus près / Close up Éditions Art Absolument ...

En savoir plus

Produit à la une

Mâkhi Xenakis - Louise, sauvez-moi !
En mars dernier, Mâkhi Xenakis venait témoigner à l’Espace Art ...

En savoir plus

Produit à la une

Mâkhi Xenakis - Iannis Xenakis, Un père bouleversant
Depuis plusieurs années, je ressens cette impression étrange et impérieuse ...

En savoir plus

Produit à la une

SÉRA : Concombres amers
Extrait du texte paru sur le site des Editions Marabout ...

En savoir plus

Produit à la une

Actualités à la une

Espace Art Absolument
Depuis son ouverture en septembre 2017 dans le 13e arrondissement ...

En savoir plus

Romeo Castellucci

Romeo Castellucci
1960 (Cesena Italie )

Refusant la parole ou inventant une langue universelle (la Generalissima), opposant l’humanité à l’animalité (en introduisant sur scène moutons, chèvres et babouins pour La Discesa di Inanna ou un taureau blanc pour Moïse et Aaron), se partageant entre actions rhétoriques dans des lieux non théâtraux et mises en scène plastiques de grands textes, la Societas invente une dramaturgie visuelle qui plonge le spectateur dans l’effroi, le sublime, le monstrueux et le magnifique. S’il assure avoir été « trouvé » par le théâtre – la forme d’art la plus primitive selon lui, qui « naît le jour même où meurt le dernier dieu » –, Castellucci vient à n’en pas douter du monde de l’art. Et il y retourne résolument. « Adolescent, j’étais un hooligan. Lorsque ma sœur, poussée par mon père, est partie étudier aux Beaux-Arts à Bologne, je me suis mis à feuilleter un de ses livres d’histoire de l’art et j’ai été comme frappé par la foudre. J’ai totalement changé ma façon de vivre pour me lancer à corps perdu dans l’étude de l’histoire de l’art. En pénétrant dans les églises de petits villages, j’ai vu pour la première fois des peintures de corps nus, torturés, souffrants mais aussi joyeux, capables d’apporter de la jouissance. À l’Académie des Beaux-Arts de Bologne, qui était alors à la pointe de l’avant-garde, j’ai commencé par faire des tableaux, des dessins, des sculptures et des performances. Aujourd’hui encore, je tremble chaque fois que je pénètre dans un musée, car j’ai gardé un rapport charnel avec la peinture classique. »





©salva Filippov

Ses numéros